attention aux princessesDans l’imaginaire collectif, une princesse, c’est joli, c’est délicat, c’est gracieux, parfumé et maniéré. Ça chante avec les oiseaux, ça prend des bains de lait, ça rencontre son prince au bal du Roi et ça se fait un peu désirer avant de se laisser glisser la bague au doigt. Donc, en gros, une princesse, c’est chiant.

Et quand on sait que ça représente l’idéal féminin aux yeux de toute petite fille, qu’elle soit biberonnée aux Disney ou pas, car ne sous-estimons pas l’influence de la société (l’école, la famille proche, les voisins, les copines de danse, etc.), et bien ce n’est pas franchement agréable. Je ne dis pas que cela conditionne son évolution, ni son comportement une fois adulte (elle aura tôt fait de se confronter à la réalité la pauvre chou), mais la niaiserie et les manières affectées ne sont jamais très appréciables (pour moi, en tout cas, je ne sais pas pour les autres…).  Et c’est là qu’un livre comme Attention aux Princesses apporte une vraie bouffée d’air par rapport aux lectures dites « féminines » sur les princesses et consorts. Très beau livre de surcroît, il aborde chaque double page un « type » de princesse, un caractère, une personnalité, avec de très jolies illustrations, des couleurs chatoyantes, des clins d’oeil drôlissimes qui m’ont fait rire à plusieurs reprises. Qu’on ne s’y trompe pas, ce n’est pas du tout un livre féministe: les princesses sont toujours des princesses, elles portent des robes longues et bouffantes, souvent roses, elles restent coquettes, elles tombent amoureuses et vont au bal. Mais alors, ça dédramatise cette position inaccessible et ça les fait paraître bien plus humaines que les versions cinématographiques où les princesses ne vont jamais aux toilettes (c’est bien connu, il n’y a que les gueuses qui font caca) et où elles ne passent pas la porte du coiffeur. Non, dans ce livre, une princesse en robe bouffante fait ses courses au supermarché et se pâme devant une promotion de papier Q. Une autre est tellement amoureuse qu’elle grimpe sur le dos de son chevalier et ne veut plus le lâcher. Une autre encore, férue d’alpinisme, est obligée de se coltiner son page qu’elle traîne derrière elle comme un boulet. Les défauts, les passions, les hobbies, et les petits tracas sont communs, et rappellent le quotidien de toutes les filles: Ben oui, une fille, ça peut être collante, ça doit aller chez le coiffeur de temps en temps, et ça peut aimer grimper aux arbres ou sur le flanc d’une montagne.

Princesses-1

En même temps, les clichés sont récupérés, tordus dans tous les sens, et nous sont offerts derrière une lentille grossissante et forcément humoristique: la princesse continue à oublier sa pantoufle, mais c’est une princesse géante, et elle l’abandonne en plein milieu de la salle de bal…C’est connu, les princesses ont de beaux cheveux longs, tellement longs que la princesse poilue n’a même pas besoin de s’habiller pour se couvrir, ses cheveux lui suffisent…

Bref. Un livre jeunesse comme on les aime. Un vrai coup de coeur pour ma part. Petite chérie a beaucoup aimé aussi 😉

Attention aux Princesses! Clément Devaux et Cédric Ramadier, éditions Albin Michel, 80 p. À partir de 3/4 ans.

Publicités